Tu seras une Femme, ma fille.

A force de nous avoir martelé depuis des années tout et son contraire sur ce que doit être la Femme aujourd’hui, en terme de physique, de mentalité, de mœurs et j’en passe… et après nous avoir seriné sur ce que doivent être ses préoccupations et centres d’intérêts principaux… on a juste envie de dire stop. Non pas au nom d’un antiféminisme primaire, mais peut-être plus simplement et humblement au nom du bon sens.

Premièrement, parce que créer des modèles ex nihilo, sans contenance ni âme, ni même réalité tangible, et nous en abreuver ne prend plus.

Et deuxièmement, parce qu’étant d’une génération (X, Y, Z?!) qui a tendance à tout remettre en question, nous avons décidé d’utiliser notre intelligence pour nous réapproprier certains domaines, comme de grandes personnes.

Voici donc quelques petites notions essentielles par lesquelles commencer. Encore une fois, l’idée n’est pas de faire le procès de grands concepts, mais plutôt d’essayer d’être lucide et un peu ancrée dans la réalité d’aujourd’hui.

Pour que notre époque aille mieux, nous avons besoin que les Femmes soient des Femmes adultes. Tout comme nous aspirons à ce que les Hommes redeviennent des Hommes. Je précise qu’être adulte n’est ni une insulte ni une pathologie incurable.

Être féminine et antiféministe ne fait pas de vous une Femme adulte:

Le féminisme et l’antiféminisme ont fait leur temps. A l’instar de ces sempiternelles phrases toutes faites et toutes aussi galvaudées, « moi je ne suis pas féministe, je suis féminine ». Après avoir déconstruit plus d’une fois tous ces modèles, on sait très bien ce qu’il faut garder ou jeter. Certes, s’apprêter est une très bonne chose, là n’est pas la question, mais malheureusement, comme très souvent, on occulte le plus important, c’est à dire le fond. Une très belle femme peut demeurer une coquille vide, à partir du moment où elle considèrera que son physique est sa seule plus-value, la seule chose qui soit importante et cultivée chez elle. La Femme adulte quant à elle n’est pas locataire de son corps, bien au contraire, elle cherche à se comprendre, à se connaître, elle s’écoute, c’est pourquoi elle ne s’y réduit pas mais sait en prendre soin.

Une Femme adulte sait que la beauté est relative et surtout éphémère, rien ne sert de miser son existence là-dessus, ce qui compte c’est sa singularité. Qu’est ce qui me réussit, dans quoi puis-je m’exprimer personnellement, socialement, quel est mon rôle, qu’est-ce qui me permet de rayonner et d’apporter ma petite pierre à l’édifice?

Elle utilise son corps ET son esprit de manière harmonieuse pour s’accomplir.

20160215-girl

 

Elle n’essaie pas d’être un homme ou une poupée.

Au diable la sensiblerie et le « bisounoursisme» : vive la vraie sensibilité

Grâce aux magazines féminins et à ce que véhiculent les grandes chaînes, on remarque que la Femme d’aujourd’hui semble réguler sa vie grâce à des réflexes bien conditionnés, presque automatiques. Tous les 6 mois elle fait les soldes, dès l’automne elle prépare les fêtes, à Noël elle entame la détox, et au printemps le sport en vue de rentrer dans son maillot de rêve. Bref, plus avachi dans le consumérisme et la banalité de l’existence tu meurs. Ah oui, et entre temps, elle lit des romans de piètre qualité parce que sa vie privée et professionnelle l’ennuie. Eduquée à fonctionner à l’émotionnel uniquement, elle est complètement instable, contradictoire, illogique et inconséquente dans ses réactions.

Une fois de plus, il est nécessaire de rappeler que même si la femme peut être considérée comme plus intuitive ou instinctive que l’homme (et encore…), elle n’est pas pour autant obligée d’être victime de ses réactions épidermiques ou hormonales démesurées. La Femme adulte fait preuve de sensibilité et ne succombe pas à la sensiblerie ou au « bisounourcisme » omniprésents dans notre société. Sa crise d’adolescence est terminée, elle a arrêté de bouder,de se vexer ou de s’énerver à chaque imprévu. Elle peut également être mesurée, altruiste, détachée et pragmatique, voire parvenir à penser par elle-même, n’en déplaise à beaucoup de rédactrices de magazines d’ailleurs.

Indépendance n’est pas arrogance

La Femme adulte ne pense pas que tout lui est dû, ni qu’elle est le centre du monde. Au contraire, elle sait apprécier ce qu’on fait pour elle car elle connaît la valeur, tant sentimentale que pécuniaire, des choses. Son indépendance financière ne la rend pas aigrie (normalement!), ou ne la fait pas culpabiliser. C’est simplement qu’elle ne confond pas tous les plans et n’appréhende pas de la même manière sa vie professionnelle et sa vie personnelle. D’ailleurs, il faut arrêter de croire que les femmes indépendantes, financièrement, sont forcément des solitaires (qui est un trait de caractère ou un tempérament) ou des femmes inaccessibles. Certes, force est de constater que la Femme est hypergame, au départ pour des raisons biologiques et évolutives, hypergamie inconsciemment projetée aujourd’hui sur le plan social (intérêt pour les diplômés, les puissants, etc…), ce n’est pas bien ou mal, c’est un fait. Cette donnée est cruciale pour expliquer que certaines femmes ayant de « bons postes » soient célibataires.

Nonobstant, plutôt que de se morfondre dans un célibat subi, je dirais que les femmes considérées, ou qui se considèrent, comme « trop » (belles, riches, intelligentes, grandes, petites…), devraient prendre l’initiative en termes relationnels.

Cela n’a rien de dégradant, tout dépendra toujours de la manière et de la personne vers qui vous vous dirigez.

L’art de manier intelligence et bon sens:

Comme beaucoup de femmes de ma génération, nous avons eu accès aux études supérieures. Grande période au cours de laquelle on peut s’entendre dire que« nous sommes l’élite ».  Même si cette affirmation m’avait toujours laissée dubitative, j’ai pu remarquer que chez beaucoup de mes camarades elle sonnait comme une évidence. Eh oui, en France, dès qu’on passe le Bac de toute manière on est intelligent, c’est tout. Le problème, c’est que l’intelligence d’aujourd’hui est toute relative et surtout, c’est une intelligence très égotique et très souvent abstraite. Les Idées, c’est bien, mais il ne faut pas pour autant mépriser le Réel. La Femme adulte sait donc faire la part des choses entre ce qu’on lui enseigne et la vraie vie. Comme elle n’aspire pas à devenir une pseudo-intellectuelle universitaire de façade, ce qui la rendrait particulièrement ennuyeuse, arrogante et méprisante, elle préfère faire confiance à son intuition, sa singularité et son bon sens, au lieu de se perdre dans un monde abstrait et désincarné.

Le petit plus, c’est que très souvent, elle a de l’humour, preuve ultime s’il en est, de lucidité intellectuelle.

barbouzes

La Femme adulte est exigeante car non interchangeable

Elle est exigeante avec elle-même mais aussi avec son entourage parce qu’elle est consciente de sa valeur. De ce qu’elle peut apporter et de ce que les Autres lui apportent. Pour autant, elle s’est entièrement départie de l’idée d’égaler un homme et ne s’en porte pas plus mal puisque son champ d’action n’en n’est pas plus réduit, bien au contraire, et elle le sait.

En fait, un Femme adulte est juste une femme avec un grand F.

29128c2a3786dc9b6cdbc45fd1c0c241

« …parce que seules les femmes de Sparte mettent au monde des hommes dignes de ce nom. »

Comments

comments

Share on Facebook79Share on Google+0Tweet about this on Twitter0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *