Les 7 essentiels pour affronter le froid avec classe

Un froid intense vient brutalement de s’abattre sur la France entière, mettant sérieusement à mal nos envies de petites robes. Pas question de risquer l’hypothermie au nom du style ! Bellica est là pour vous aider à passer l’hiver sans rien perdre de votre superbe.

 

Priorité ab-so-lue : les pieds !

Faisons confiance à mémé : c’est d’abord par les pieds que l’on attrape froid. Privilégiez les bottes et bottines en cuir solide, à semelle épaisse et bien stables. Choisissez-les peu plus grandes que vos souliers habituels, pour pouvoir les porter avec un collant épais ou une paire de chaussettes supplémentaire.

Cette année, les cuissardes en daim sont à l’honneur et se portent avec une jupe trapèze en daim également, plus épaisse.

 

Pour affronter les températures les plus basses, pensez au marques « vieillottes » mais robustes : en fouillant bien, on trouve toujours des modèles parfaitement mettables et terriblement confortables. Sans aller jusqu’aux Kickers ou aux Scholl, on peut jeter un œil du côté de Tamaris, qui a fait cette année un bel effort esthétique.

 

Confort, daim et talons écaille pour 70 euros chez Tamaris. Pas mal.

Si vous caillez vraiment ou si les rues sont envahies de gadoue ou de sel, le mieux reste toutefois une bonne grosse paire de boots bien robustes pour ne pas abîmer vos bottines préférées.

 

Le meilleur ami : le petit pull en cachemire

On ne le présente plus… fin, doux, chaud, élégant, indémodable : le petit pull en cachemire est un indispensable d’une garde robe hivernale. Ce petit bijou en poils de chèvres asiatiques se décline dans toutes les coupes et toutes les couleurs et va pratiquement avec tout. Ses seuls défauts : le prix et la nécessité de le laver à la main.

 

Pull ras-de-cou Bompard. Prix : un bras, mais ça vaut le coup.

 

Osez la polaire !

Ne riez pas, je suis très sérieuse. On la croyait réservée aux randonneuses, mais sachez que l’ère de la polaire Quechua de tante Corinne est révolue.

Plus… jamais… ça…

Les grandes enseignes de prêt-à-porter développent enfin tout le potentiel de cette matière bon marché, douce, solide, facile d’entretien et teeeeellement chauuuude. Certes, vous ne serez jamais autant glamour en polaire que dans un sublime cachemire Bompard, mais certains pulls cocons ont tout leur charme. Plusieurs solutions s’offrent à vous :

  • Soit assumer jusqu’au bout au bout l’esthétique moumoute-cocooning
12,90 euros chez Uniqlo. Rupture de stock à cause du froid soudain, soyez patientes.
  • Soit tricher avec une polaire fine qui ressemble à tout sauf à une polaire
Encore un grand bravo à Uniqlo pour ce modèle à 9,90 euros (juré, cet article n’est pas sponsorisé !)

Le combo foulard de soie + écharpe

Les grosses écharpes, c’est bien, mais ça a tendance à s’affaisser en marchant et à laisser les courants d’air se glisser dans la nuque. A moins de passer sa vie en col roulé, le plus simple est de nouer un petit foulard en soie autour du cou. C’est discrètement rétro, et en plus, c’est tout doux.

 

Ne JAMAIS remiser ses petits foulards au fond du placard

L’arme fatale : le mouton retourné

Parfaitement étanche au vent et au froid, moelleux à souhait, le mouton retourné fait partie de ces pièces un peu rustiques qui ont toute leur place dans une garde-robe urbaine. Si vous êtes chineuse, sachez que l’on trouve en brocantes et friperies des modèles en très bon état pour moins de 100 euros. Bonus : ça nous change des manteaux noirs ou gris !

 

L’allié discret : le body

Longtemps méprisé pour son côté grenouillère Damart, le body revient en grâce depuis quelques années. Ca tombe bien, le body est l’ennemi juré des courants d’air. Toutes les marques de lingerie proposent des bodies, du plus simple au plus sophistiqué. Cerise sur le gâteau : une fois déshabillée, il vous donne un faux air de petit rat de l’opéra.

Body à pois Oysho

La toque de mémé !

Bonnets, bérets, toques, chapkas… Pour une fois que l’on peut porter des couvre-chefs extravagants sans risquer le ridicule, profitons-en ! Les toques en fourrure de mémé peuvent parfois faire des merveilles et sont encore aujourd’hui arborées par les femmes les plus stylées de la planète.

Kate Moss porte la toque que même votre grand-mère a remisée… et ça marche !

 

Si vous êtes pauvre ou protectrice des animaux, privilégiez les modèles anciens ou la fausse fourrure, dont la qualité ne cesse de s’améliorer.

 

A gauche, Kate en fausse fourrure. A droite, la Reine en vraie fourrure.
Share on Facebook39Share on Google+0Tweet about this on Twitter11