Bathilde : l’esclave devenue reine des Francs qui abolit l’esclavage

En ce moment au musée de Cluny, est exposée la tunique de la reine Bathilde, dans l’exposition Les Temps mérovingiens. L’occasion de redécouvrir l’histoire incroyable de cette esclave saxonne du VIIe siècle qui devint reine des Francs, mena une politique anti-esclavage et empêcha le démembrement du Royaume des Francs.

La principale source concernant cette souveraine atypique est la Vie de Sainte Bathilde, texte hagiographique rédigé peu de temps après sa mort. Voici ce que raconte la légende, en large partie confirmée par les historiens actuels :

Née en 630, Bathilde est vendue comme esclave puis acquise comme servante, encore adolescente, par Erchinoald (ou Archambaut), Maire du Palais de Neustrie (dignitaire le plus important juste après le Roi). Après la mort de sa femme, il souhaite l’épouser, mais elle se dérobe en cachant ses atours. Impressionné par sa pudeur, sa beauté, son humilité et sa distinction, Erchiloald présente la jeune femme à son roi. Vers l’âge de 19 ans, Bathilde, l’ancienne esclave, épouse Clovis II, roi de Neustrie et de Bourgogne. Elle en aura 5 enfants dont Clotaire III et Thierry III, deux futurs roi.

À la mort de son mari, en 657, elle exerce la régence et mène une politique de concorde entre les royaumes de Neustrie, Austrasie et Bourgogne. Elle lutte habilement contre la fronde des seigneurs d’Austrasie pour empêcher le démembrement du Royaume.

Mais surtout, Bathilde fait interdire la vente d’esclaves chrétiens sur les marchés extérieurs et rachète de nombreux captifs. Bien que réprouvé par l’Eglise, l’esclavage était encore monnaie courante dans le Royaume : Bathilde fait interdire les marchés d’esclaves sur ses terres. De plus, elle libère de nombreux chefs de famille emprisonnés pour dette fiscale, dénonçant le principe de l’impôt payé en fonction du nombre de personnes au foyer, qui jetait de nombreuses familles dans la plus grande détresse.

Sainte Bathilde sur un vitrail de l’église Sainte Radegonde de Poitiers

La reine Bathilde soutient activement les abbayes, qui à l’époque étaient les principaux lieux de savoir et de production de manuscrits. Entre 657 et 661, elle fonde l’abbaye féminine de Chelles et l’abbaye de Corbie, qui deviendra célèbre pour ses manuscrits de grande qualité et assurera pendant des siècles le rayonnement culturel du royaume.

Elle quitte le pouvoir à l’âge de 35 ans dans des circonstances troubles et se retire dans son abbaye de Chelles comme simple religieuse. Chose rare pour les vêtements de cette époque, la tunique de religieuse de Bathilde a été conservée en bon état. Elle est en lin et les broderies de soie forment un trompe l’œil de bijoux, comme une trace fantomatique du faste auquel renonça cette grande reine.

 

Bathilde meurt le 30 janvier 680 à Chelles et elle est très vite considérée comme une sainte. Les souverains carolingiens prennent soin des reliques de cette reine mérovingienne qui sera canonisée au IXe siècle par le pape Nicolas II.

Vous avez jusqu’au 13 février pour voir au musée de Cluny la tunique de Bathilde, vestige émouvant d’une reine au destin extraordinaire.

Plus d’informations sur l’exposition : Musée de Cluny

Comments

comments

Share on Facebook1.2kShare on Google+0Tweet about this on Twitter12

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *